Rechercher
  • Creteil en Commun

Ce n’est pas le climat qui doit changer, mais le modèle…

Dans la magnifique plaquette de 32 pages en quadrichromie sur papier glacé, largement diffusée par Laurent Cathala, on lit, dès la page 4 : « nous avons toujours eu à cœur d’innover pour montrer que nos modes de vie pouvaient être compatibles avec la protection de la planète ».


Voilà qui nous semble particulièrement révélateur de la façon dont le maire intègre l’écologie à son mode de pensée et à sa politique. Loin de porter un regard critique sur les modes de consommation ou de production actuels, il recherche des solutions dans le « progrès technique », rebaptisé "innovation" pour l'occasion, toujours supposé provenir de grands groupes industriels, dans la plus pure tradition productiviste des « 30 glorieuses ».


Pour préserver les Cristoliens des dangers de la pollution de l’air (65 000 morts par an en France chaque année, pollution imputable majoritairement imputable au trafic routier et autoroutier), il n’envisage pas de limiter la circulation des véhicules les plus polluants, mais il se félicite du petit puits de carbone proposé par Suez dans le cadre de l’extension de l’usine d’incinération.


Pour ce qui concerne l’aménagement de la ville, on confie à un gros promoteur la construction d’une tour de 40 étages et 140 mètres de haut à l’Echat, au détriment d’un urbanisme à taille humaine, et on la baptise, sans rire, d’« arbre de vie », en espérant que son nom fasse oublier son gigantisme et sa mégalomanie.


En matière de vie locale, le maire encourage Klepierre à agrandir le CCR, ce temple de l’hyperconsommation et de la malbouffe, avec son parking de 5 000 places de stationnement. Cerise sur le gâteau, les autorisations d’ouverture tous les dimanches, tout cela au détriment des commerces et centres commerciaux de proximité.


Eh bien non, M. le Maire, pour faire face à l’urgence climatique, pour la santé et la qualité de vie de nos concitoyens, il nous faut collectivement rechercher de nouveaux modes de vies plus apaisés, plus économes en énergie, en ressources naturelles et certainement pas confier cette responsabilité aux groupes Suez, Klepierre, Carrefour, Decaux et consorts.


C’est l’attente de toute une jeunesse. C’est ce que font de très nombreux acteurs de terrain, dans des associations, des amicales, des groupes de toute sorte et le rôle d’une municipalité, c’est d’avoir le courage de conduire, d’encourager, d’accompagner ces évolutions de nos modes de vie.

45 vues

© 2020 par Créteil Écologie

  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement