Rechercher
  • Creteil en Commun

Travail du dimanche : quand Laurent Cathala s’égare...

Mis à jour : févr. 9

Temps de vie, temps de travail : depuis 2009 et 2015, plusieurs lois qui bradent le repos dominical ont été votées. Ces lois marquent systématiquement, notamment dans le secteur du commerce et de la grande distribution, une régression des acquis sociaux pour des retombées économiques promises qui ne sont jamais au rendez-vous.


Pourtant le droit au repos dominical a été une étape importante dans la longue histoire des combats du mouvement ouvrier et des organisations syndicales. Soutenu par Jean Jaurès ce droit fut inscrit dans la loi en 1906.


Petit à petit, les gouvernements de gauche comme de droite se sont mis à la dérégulation attaquant les uns après les autres ces acquis qui fondaient pourtant le pacte social français.


Pourtant, contrairement à de nombreuses affirmations, c’est une mauvaise façon de lutter contre le chômage en développant toujours plus le travail précaire et le temps partiel imposé, qui touchent plus particulièrement les femmes.


La remise en cause, dans le commerce, du repos dominical a également pour objet de favoriser la grande distribution au détriment des commerces de proximité que pourtant tout le monde prétend défendre. C’est toute la vie des centres villes et des commerces de quartier qui est ainsi menacée.


Pour les écologistes, le repos dominical c’est un choix de société. Une société qui reconnaît qu’il y a un temps pour être en famille ou avec ses amis, ou tout simplement pour s’occuper de soi, un temps pour les loisirs, le sport... Une société qui ne repose pas sur la course effrénée à la consommation et au gaspillage.


A Créteil, Laurent Cathala a appliqué, avec zèle, ces lois portées par les lobbys de la grande distribution, qu'il avait pourtant rejetées en tant que député. Depuis de nombreuses années, il s’applique à transformer notre ville en une vaste aire commerciale (Centre Commercial Régional Créteil Soleil ou zone commerciale du Val Pompadour) où hyperconsommation rime avec dérégulation du travail, recul des droits sociaux et bouleversement de la vie des familles.


Le Conseil municipal a ainsi délibéré à plusieurs reprises depuis 2010 pour contribuer à imposer le travail du dimanche à Créteil.


En 2010, Catherine de Luca et Catherine Calmet, les seules élues écologistes du Conseil municipal, s’étaient vivement opposées au projet de mise en place, au Val Pompadour, d’un « périmètre d’usage de consommation exceptionnel » qui permis l’ouverture de ces enseignes le dimanche !


Ecologistes historiques de notre ville, elles sont aujourd’hui engagées sur la liste « Pour l’écologie Créteil en commun » qui, lors de la mandature 2020-2026, proposera au Conseil municipal de revenir sur les autorisations accordées d’ouverture des magasins le dimanche pour le Centre Commercial Régional et pour les zones commerciales du Val Pompadour.

188 vues

© 2020 par Créteil Écologie

  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement